Ваш браузер устарел. Рекомендуем обновить его до последней версии.

03/02/2021 (2029)

 

Une révélation du livre prophétique 3e Esdras

Le livre a révélé que ce siècle dure douze mille ans

 Esdras : savant et prophète de l'Ancien Testament, qui a laissé trois livres inclus dans le canon de l'Ancien Testament. Le contenu du premier livre est historique, il décrit le retour des Juifs de la captivité babylonienne, la construction de l’autel à Dieu et les événements qui se sont déroulés pendant la vie du prophète Aggée. Ensuite, Esdras parle de ses activités à Jérusalem. Son deuxième livre reprend le premier, mais avec quelques ajouts et modifications : il commence par les événements qui ont précédé l'invasion de Jérusalem par les Chaldéens et la capture de ses habitants. Il expose également une dispute entre trois jeunes hommes sur ce qui est plus fort que tout : le roi, le vin ou les femmes. Les participants à la dispute sont convenus que la vérité est la plus forte. Le troisième livre d'Esdras contient une prophétie sur la venue du Fils de Dieu et le dernier jugement. [1]

 

Le 3e livre d’Esdras est un livre singulier d’une portée extraordinaire qui contient, je dirais, la Bible résumée. C’est pourquoi des talmuds « scientifiques » empilent des mensonges pour rabaisser et marginaliser ce livre indésirable qui incommode tant l’anti-église. Et pour cette même raison, il n’y a pas de trace de ce livre dans la Bible en français : Esdras, 10 chapitres, c’est tout.

 

rois perses

Rois perses : Cyrius, Cambyse, Bardya, Darius I, Xerxès I (Esther), Artaxerxès I Longue-main, Xerxès II, Darius II.
VI siècle – Esdras le grand prêtre et prophète des trois livres Esdras. V siècle – un autre prêtre Esdras du livre Néhémie

 

Le retour des Juifs de la captivité babylonienne et la construction du deuxième temple peuvent être divisés en deux parties : la première au VIe siècle avant J.-C. et la seconde au Ve siècle. Puisque les livres d’Esdras parlent de Cyrius, Darius et Artaxerxès (Assuérus), ils se rapportent à la première période, et l’Artaxerxès de ces livres doit être Cambyse : lui, ainsi que Xerxès qui a succédé à Darius, portait également le nom dynastique Artaxerxès. Les ennemis des Juifs, les Samariens, ont adressé une délation à un Assuérus (Artaxerxès) qui précédait Darius, comme il ressort du texte (1Esd. 4). Nous le voyons aussi chez Daniel : « La première année de Darius, fils d'Assuérus... » (Dan. 9:1)

 

La deuxième période est décrite dans le livre de Néhémie, ancien échanson du roi Artaxerxès I, ou bien de Xerxès I, comme le dit Flavius Josèphe. Il y a confusion quant au nom Artaxerxès, probablement délibérée. Un prêtre du livre Néhémie s’appelait aussi Esdras, c’est un autre Esdras, comme un autre Néhémie est mentionné dans les livres Esdras et dans le livre de Néhémie lui-même parmi les premiers rapatriés retournés avec Zorobabel (1Esd.2:2, 2Esd.5:8, Néhém.7:7). (Sinon un seul Esdras devrait mener une vie active durant au moins 130 ans.) Néhémie parle simplement du scribe ou prêtre Esdras au Ve siècle ; tandis que Esdras du VIe siècle donne dans ses livres son nom complet : fils de Seraïa, fils d'Azaria, fils de Helkya, ... et autres noms jusqu’au premier grand-prêtre Aaron. Et c’est à lui, leur grand prêtre et prophète Esdras du VIe siècle, que les Juifs ont dis : Relève-toi, car la Parole est sur toi, et nous sommes avec toi ; sois ferme, agis. (1Esd. 10:4, 2Esd. 9:40,49)

 

Le 3e livre d’Esdras est appelé troisième dans la Bible en slavon d’église, mais ce livre appelle lui-même, dans le premier verset, « deuxième livre d’Esdras, fils de Seraïa, fils d'Azaria, fils de Helkya... prisonnier dans le pays de Mède sous le règne d'Artaxerxès, roi de Perse ». Cet Artaxerxès est probablement Cambyse, si ce n'est pas le faux Bardya (faux Smerdis), l’usurpateur qui a suivi Cambyse et a régné 7 mois jusqu'à Darius.

 

Le livre commence par une prophétie. Dieu dit, à travers Esdras, que Son peuple élu qu’Il avait libéré de la servitude, et leur donné Ses serviteurs prophètes, n’a pas voulu les entendre, mais a rejeté Ses commandements. La mère qui leur donna naissance appelle : « Venez, mes fils, je suis abandonnée ». Dieu dit : « Esdras, annonce à mes gens qui viendront de l’est et qui ne M’ont pas vu des yeux de chair, mais croient par esprit ce que Je dit, que Je leur donnerai l’héritage d’Israël. »
La mère, c’est l’église spirituelle, Sion.

 

Mais toute la prophétie dont j'ai dit l'essence occupe le premier chapitre et la moitié du deuxième. Ensuite Esdras, ayant pris l’ordre de Dieu sur le mont Horeb, est venu chez Israël, et ils l’ont repoussé et humilié l’ordre de Dieu. Et Esdras prononce : Je vous dis, les peuples, attendez votre Pasteur, Qui viendra à la fin du siècle. Prenez la joie de votre gloire et fuyez l’ombre de ce siècle, voilà, Je vous témoigne de Mon Sauveur. Et sur le mont Sion, Esdras a vu la gloire : beaucoup de personnes qui chantaient Dieu, et un grand jeune Homme les couronnait, et l’Ange dit à Esdras qu'il voyait le Fils de Dieu, Il couronnait ceux qui Le confessaient pendant ce siècle.

 

Dans peu de temps, Esdras devait retourner à Jérusalem pour découvrir que dans le premier groupe de rapatriés, des ex-babyloniens, de nombreux Juifs dont les prêtres, ont épousé des étrangères et imitaient les abominations païennes...

 

La prophétie est expliquée et élucidée dans 14 autres chapitres, datant de l’époque antérieure, dans les années 550, donc trente ans plus tôt. Au commencement du chapitre 3, Esdras dit que « dans la trentième année après la destruction de la ville » les pensées le troublaient sur son lit, parce qu’il voyait la ruine de Sion et l’abondance des habitants de Babylone, et il commença à adresser au Très-Haut des paroles émues, disant : « Tu a choisi Ton peuple, Ton peuple bien-aimé parmi tous les autres, pourquoi il est livré aux païens ? Est-ce qu’ils vivent mieux que nos pères qui ont péché devant Toi ? Je ferais mieux de ne pas être né que de voir l’opprobre sans savoir pourquoi ». Et l’ange Uriel qui lui avait été envoyé lui répondait : comment peux-tu comprendre les voies du Très-Haut ? Esdras était cependant persévérant et poursuivait ses prières et ses questions, et l’ange lui a expliqué et montré des choses importantes concernant ce siècle et les derniers temps, car Esdras, libre de fierté, a acquis la faveur de Dieu.

 

Quand je lisais récemment le livre pour la première fois, les paroles liées à la chronologie dans le chapitre 14 ont attiré mon attention, puisque j’ai rédigé antérieurement un article sur la chronologie, Le calendrier et la civilisation.

 

Et ce sont les paroles de Dieu, Qui parlait à Esdras du buisson comme à Moïse. Et Il dit :

« Je Me suis révélé à Moïse lorsque Mes gens étaient en esclavage en Égypte, et Je l’envoya et emmena Mes gens d’Égypte, et je le fis monter le mont Sinaï et le tenais devant Moi de nombreux jours, et lui annonçai de nombreux miracles, et lui montrai le caché et la fin, et lui dis de divulguer certaines choses et garder les autres... Le siècle perdit sa jeunesse, les temps du vieillissement s'approchent ; car le siècle et divisé en douze parties, et neuf parties et demie sont passées, il reste ce qui est après la dixième partie et demie. »

 

Et un peu avant, l’Ange, répondant à la question sur le temps écoulé et le temps restant, avait montré à Esdras deux images : le feu dans le four, et quand il s'est éteint, la fumée s'est répandue ; et après cela, un nuage qui a émis une averse, et quand la pluie est passée, de nombreuses gouttes ont coulé.

 

D’abord, j’ignorais comment relier cela aux données et idées existantes : on compte 7 529 ans depuis la création du monde et 5 500 ans entre Adam et le Christ. (5 500 ans sur la base des Septante selon les chroniqueurs chrétiens mentionnés avant ; 5 526 ans selon saint Théophile D'Antioche, si l’on soustrait 169 ans de son chiffre « 5 695 ans jusqu’à la mort de l’empéreur Verus » ; 5 492 ans selon Flavius Josèphe, si l’on soustrait 70 ans de son chiffre « 5 562 ans jusqu’à la destruction de Jérusalem sous Titus »).

 

Mais si la durée du siècle avant la Nativité est plus longue ? Si les douze parties sont douze milliers d’ans ? Alors, tout s’accorde assez bien : 9, 5 millénaires avant Esdras et environ 2,5 millénaires entre lui et nous. Est-ce que cela peut cadrer avec la création ? On se réfère souvent aux paroles de l’apôtre Pierre : devant le Seigneur, un jour est comme mille ans (2Pierre 3:8 ; et Ps. 89, La prière de Moïse). Le mot ancien hébraïque yom signifiait jour, ainsi qu’une période de temps particulière. En grec ancien, le mot ἡμέρα (Gen.1) signifie non seulement jour, mais aussi saison, période.

 

Tout le monde sait cependant que l’homme a été créé le sixième jour. Avec 10 mille ans entre le début du siècle et le Christ, si l'on déduit 5 500, l’homme doit être créé le cinquième jour (au cinquième millénaire). Sans vouloir sérieusement déterminer ces choses, les considérant comme mystérieuses et cachées, j’ai quand même scruté le commencement de la Bible.

 

Et il s'avère que l’homme a été créé le cinquième jour.

 

À l’origine, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était invisible et désordonnée : il y avait l'obscurité au-dessus de l’abysse, et l'Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bien. Et Dieu sépara la lumière d'avec l’obscurité. Dieu appela la lumière jour, et Il appela l’obscurité nuit. Et le soir vint, et le matin vint, jour un. (Gen.1:1-5)

 

vintgr. ἐγένετο  slav. бысть,  rus. настал

Aoriste – le passé accompli, répond à la question « que fit ? »

Voir 1:3 καὶ ἐγένετο φῶς – Et la lumière fut.

 

Les cinq premiers versets de la Bible portent sur l’origine et la préparation : la lumière fut, ensuite la division entre la lumière et l’obscurité.

Il est impossible que le premier jour fût avant  la séparation entre la lumière et l’obscurité !

La lumière et l’obscurité séparées, le soir vint, puis le lendemain vint : jour un.

Jour 1 – la séparation entre les eaux au-dessus et au-dessous de la base qui fut appelée le ciel. Le soir vint, le matin vint, deuxième jour.

Jour 2 – le rassemblement des eaux sous le ciel en mers ; des plantes sur la terre sèche.

Jour 3 – la lumière terrestre : les luminaires sont posés sur le ciel pour éclairer la terre ; tandis qu’au début, avant jour 1, c’était la véritable lumière, par laquelle « le monde a été fait » (Jn 1:9-10).

Jour 4 – les âmes vivantes produites des eaux selon leur genre, les reptiles, les baleines et les oiseaux.

Jour 5 – les animaux de la terre, le bétail, les reptiles de la terre selon leur genre. Et l’homme est créé, à l’image de Dieu et selon Sa ressemblance ; un homme et une femme.

 

1:31 Dieu a regardé toute Sa création et vu qu’elle était très bien. Le soir vint, le matin vint, sixième jour. 

Chapitre 2

2:1 Et le ciel et la terre, et toute leur composition, ont été achevés.

2:2 Et Dieu acheva Ses œuvres au sixième jour ; et Se reposa au septième jour de toutes Ses œuvres qu’Il avait faites.

 

La traduction française ment comme un arracheur de dents, disant deux fois « septième jour » dans le verset 2:2, après acheva et après se reposa.

 

Donc, le sixième jour, toute la création a été parachevée, finalisée.

Cependant, même Esdras répète l’erreur du sixième jour dans le chapitre 6 du livre.

 

Et si le cinquième jour est le cinquième millénaire, et le premier « jour » marque le début de ce siècle, cela concorde avec la distance 5 500 ans entre Adam et la Nativité du Christ. Ainsi, 4 500 ans pour la création avant Adam, ensuite 5 500 ans jusqu’au commencement de notre ère, et 2000 ans de notre ère font douze millénaires ou douze parties de ce siècle. Mais ce sont des nombres indicatifs. Le temps écoulé entre l'instant présent et le moment de la révélation Esdras n’est pas exactement 2 500, mais est d’environ 2 570 ans, si le moment de la « trentième année après la destruction de Jérusalem » se situe dans les années 550 avant J.-C.

En effet, l’ange Uriel a montré les images des choses qui sont de nature vague : la fumée après le feu, les gouttes après la pluie ; il n’est pas prévu, bien sûr, que nous sachions la date exacte de la fin du siècle.

 

Voici d’autres indications en appui. La première : après le roi Salomon et la construction du temple, son royaume s'est scindé en deux : 10 tribus ont constitué le royaume du nord – Israël, et 2 tribus ont constitué le royaume du sud – Judée, et Jérusalem était en Judée. La deuxième : les apôtres Pierre et Jean appellent l’époque où le Christ est venu le dernier temps (1Pierre 1:20, 1Jean 2:18). Et cela suscite la perplexité si le moment de l’apparition d’Adam est assimilé au commencement de la création : dans ce cas, ce moment se trouve entre 5 500 et 2 000, et la deuxième ère représente une proportion trop importante de la distance totale 7 500 pour l’appeler le dernier temps. Mais si l'on sait que l’apparition d’Adam est précédée par 4 500 ans de la création, donc, le Messie est venu au bout de 10 millénaires, ou 10 parties du siècle. Alors, le rapport 10 et 2 convient parfaitement, on considère comme dernier le temps depuis le dixième millénaire.

 

***

La Bible dit que l’homme a été créé le cinquième jour. Mais quelqu’un  voulut dire que l’homme a été créé le sixième jour. Et ce siècle ne suit pas Dieu, il suit quelqu’un.

 

Et Dieu dit :

« La fin de ce siècle est Ésaü, et le commencement de l’autre est Jacob. La fin est le talon humain, et le commencement est le bras humain, sous le talon et la main » (3Esd. 6:9-10).

 

(Jacob sortit de l'utérus de sa mère Rebecca en tenant le talon d'Ésaü, son frère jumeau.)

  Dix commandements de l'Ancien Testament sur les deux plaques de pierre de MoïseDix commandements de l'Ancien Testament sur les deux plaques de pierre de Moïse

 

Olga (TdR)